29 mai 2017

NUIT SAUVAGE

Elle s’appelait Suzy, mais il y avait fort à parier que ce n’était pas son vrai nom. Après tout, je me foutais totalement de son état-civil. Elle pouvait bien s’appeler comme elle voulait, cela n’avait pas la moindre d’importance. Pas ce soir. Je remarquais dans l’escalier, assez raide, qui nous menait à son petit appartement dans une rue derrière la gare de l’Est, que ses cuisses étaient musclées, tandis qu’elle avait ça et là quelques rondeurs qui renforçaient agréablement sa silhouette.   ... [Lire la suite]
Posté par asbury à 10:42 - Commentaires [8] - Permalien [#]

22 mai 2017

LOIN DES HOMMES

    Elle n’était même pas vraiment jolie. Mais ça avait suffi à le crucifier. Elle lui avait juste tendu un sourire, sans arrière-pensée, au hasard. Et c’est comme si quelqu’un avait rallumé la lumière en lui.    Dans les mois, les années qui suivirent, beaucoup se demanderait comment cette fille banale avec ses cheveux blonds filasses peroxydés, sa bouche trop grande pour son visage, ses étoiles tatouées sur les bras, ses cannes de serins, comment cette fille-là avait-elle pu susciter un sentiment aussi violent... [Lire la suite]
Posté par asbury à 18:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 mai 2017

CROCHET DU DROIT

    On était à trois semaines du Championnat d’Europe, son dernier combat chez les amateurs. Son coach le lui avait assuré : Quelle que soit l’issue du combat, il aurait sa chance chez les pros. Et son père poussait dans ce sens. Les instances nationales de la boxe auraient bien aimé le faire tirer jusqu’aux Jeux olympiques. Un espoir comme Gino, ce n’était pas tous les jours qu’on en croisait un. C’était presque à coup sûr une médaille assurée. Oui, mais voilà les J.O n’étaient que dans deux ans et demi. Et puis, Gino... [Lire la suite]
Posté par asbury à 10:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mai 2017

TROMPE-L’ŒIL

         Ali était chef cuistot dans un restaurant d’une de ces nombreuses enseignes qui bordent les hypermarchés aux limites de nos villes. Dans la cité, tout le monde le connaissait. Ali, c’était le mec de l’asso de quartier, un groupement de bénévoles qui tentait de venir en aide à chacun avec les moyens du bord. Le seul, le dernier lien social qui subsistait après que les services publics aient, un à un, lâché l’affaire.  Tunisien d’origine mais élevé depuis son plus jeune âge en France, il... [Lire la suite]
Posté par asbury à 12:06 - Commentaires [3] - Permalien [#]
25 avril 2017

MAUVAISE MORT

     Je me souviens la première fois que nous sommes allés à San Francisco. C’était à la fin de l’été 1988. Nous logions avec Nat dans un vieil hôtel, le Senator, dans Ellis street. Nous avions l’habitude de prendre notre petit déjeuner dans un resto à deux blocs de là, tenu par des Chinois vraiment charmants. Sauf qu’un matin sur le parking qui jouxte l’établissement, régnait une agitation pas ordinaire. Il y avait des ambulances et des voitures de police un peu partout. Un immense flic black, d’au moins un mètre... [Lire la suite]
Posté par asbury à 11:11 - Commentaires [7] - Permalien [#]
18 avril 2017

UN PUR INSTANT DE GRACE

Ses yeux verts avaient encore plongé en moi comme des lames acérées. Par surprise. J’avoue ne pas l’avoir reconnu de suite. Mais mon âme, mon corps entier avait frissonné, à l’instinct. Dans ma poitrine, mon cœur s’était serré, ma respiration bloquée avant même que j’aie eu le temps de comprendre ce qui m’arrivait. ELLE était là. A moins de cinq mètres. Je n’osais pas y croire, bien qu’il n’y ait pas le moindre doute possible. Oui, c’était bien elle : Nina, la seule, l’unique. Celle qui avait carbonisé mon adolescence en un instant,... [Lire la suite]
Posté par asbury à 11:34 - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 avril 2017

POINT DE RUPTURE

Dès la première fois, j’ai su que nous allions être ensemble. D’une façon ou d’une autre, ce fut une évidence depuis le premier instant, depuis le premier jour. Même notre entourage semblait s’en être rendu compte qui me parlait d’elle à tout bout de champ. Ce n’était qu’une question de temps. Il allait être plus long que prévu : deux ans. Deux ans à nous tourner autour, à jouer au chat et à la souris. Deux longues années, où je passais de longues périodes sans la croiser. Je l’oubliais d’autant plus vite que je traversais une... [Lire la suite]
Posté par asbury à 11:11 - Commentaires [8] - Permalien [#]
03 avril 2017

ROBERT REDFORD

Norbert s’était endormi à table. Maintenant, ses bras pendaient le long de la chaise comme des morceaux de bois morts. La télé hurlait des pubs pendant que les gosses foutaient un bordel monstre à l’autre bout de la pièce. Lydia les regardait faire et elle sentait une immense tristesse intérieure l’envahir. Elle savait qu’elle aurait beau brailler, rien n’y ferait. Ses enfants n’obéissaient vraiment qu’à leur père. Lequel justement dormait du sommeil du juste alors qu’il avait à peine fini de dîner . Depuis quelque temps, il... [Lire la suite]
Posté par asbury à 10:41 - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 mars 2017

UN REVENANT

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça m’a fait un choc. Un vrai. J’en suis presque resté bouche bée. Et je vous jure que je n’exagère pas. Oui, quand il est entré dans la boutique pour rendre ses DVD, je dois bien vous avouer que j’ai eu du mal à en croire mes yeux. Je me suis d’abord demandé si ce n’était pas tout bonnement une espèce de sosie. Seulement qui pouvait être assez dingue pour vouloir ressembler à Mitchy Zamora ? Peut-être alors était-ce une sorte d’apparition ou une bizarrerie surnaturelle ? Non, il fallait bien se... [Lire la suite]
Posté par asbury à 18:37 - Commentaires [4] - Permalien [#]
20 mars 2017

PORTE COCHERE

Sandra adorait débarquer à l’improviste, juste avant la pause du midi. Je l’avais rencontré presque un an auparavant et nous avions, depuis, établi une relation épisodique qui nous convenait tous les deux. Sandra avait fait un beau mariage de convenance avec un musicien soucieux d’épouser une femme superbe pour masquer à sa famille et au reste du monde, le fait qu’il était homosexuel. Sandra n’en prenait pas ombrage. Elle-même ne dédaignait pas les filles et disait en riant que ce qu’elle préférait chez son mari, c’était sa carte... [Lire la suite]
Posté par asbury à 16:04 - Commentaires [10] - Permalien [#]